Qu’est-ce que le cloud hybride ?

Définition du cloud hybride

Un cloud hybride est une catégorie de cloud combinant plusieurs types de cloud, généralement des clouds publics et des clouds privés. Il est à noter qu’un cloud hybride peut également inclure des infrastructures hébergées sur site. 

Toutes ces infrastructures sont étroitement combinées entre elles et fonctionnent comme une seule entité. Les charges de travail sont gérées sur les deux types d’environnement et peuvent être migrées depuis le cloud public vers le cloud privé ou inversement en toute transparence selon les besoins de l’entreprise. 

La plupart des organisations ont opté pour un modèle de cloud computing hybride afin de réduire les risques et les coûts et mieux répondre à une charge de travail plus élevée lors de pics d’activité saisonniers.

Différence entre le cloud hybride et le multicloud

Un cloud hybride est un environnement composé d’éléments issus d’un cloud public et d’un cloud privé, afin de former une infrastructure unique et cohérente. Une architecture multicloud combine plusieurs prestataires de cloud public, qui peuvent être hybrides ou pas. Un cloud hybride peut faire partie d’une stratégie fondée sur une approche multicloud. Avec le multicloud, les services informatiques peuvent avoir accès à des ressources supplémentaires s’étendant au-delà du cloud hybride. Le multicloud nécessite d’avoir une gestion efficace de l’ensemble des environnements afin de garantir la sécurité, la visibilité ainsi qu’une maîtrise des coûts.

Comment fonctionne un cloud hybride ?

Le cloud hybride fonctionne comme un seul ensemble combinant des éléments issus de clouds publics et de clouds privés. Les données ainsi que les applications peuvent se déplacer entre les différentes plateformes de manière transparente, et les données utilisées par ces applications peuvent être partagées de manière flexible. Cela est rendu possible par l’utilisation de technologies comme la virtualisation des données et des charges de travail applicatives, la virtualisation des fonctions réseau (NFV) ainsi que l’utilisation de réseaux privés virtuels (VPN).

Quelles sont les types d’environnement d’un cloud hybride ?

Le cloud hybride s’appuie sur plusieurs types d’environnement de cloud computing. C’est l’association d’au moins 2 de ces environnements qui constitue le cloud hybride. L’environnement privé se compose de ressources informatiques gérées et contrôlées exclusivement par l’entreprise ou l’organisation elle-même. Ces ressources peuvent être des serveurs, du stockage et des applications déployées sur site ou dans un datacenter privé. L’environnement privé garantit un haut niveau de sécurité et de conformité, ce qui en fait un choix idéal pour les données sensibles et les charges de travail critiques. L’environnement public est quant à lui composé de ressources fournies par des prestataires cloud externes.. Ces fournisseurs offrent des services informatiques à grande échelle via Internet, permettant aux entreprises de bénéficier d’une évolutivité rapide et de capacités de calcul à la demande. L’environnement public offre également une variété de services et d’options de tarification, ce qui en fait un choix attrayant pour les charges de travail non critiques ou pour des besoins ponctuels. L’interopérabilité entre ces deux environnements est essentielle dans un cloud hybride, permettant aux entreprises de déplacer des charges de travail entre le cloud public et le cloud privé en fonction des besoins, de la sécurité et des performances.

Quels sont les avantages d’une solution cloud hybride ?

L’adoption d’une architecture de cloud hybride a de nombreux avantages. Tout d’abord, le cloud hybride permet de bénéficier d’une grande flexibilité en autorisant le passage à un autre type de cloud plus facilement, car certains éléments seront déjà situés dans ce type de cloud, qu’il soit privé ou public. D’autre part, le cloud hybride permet d’accéder à un nombre plus important de technologies, qui pourraient ne pas être déployables dans un certain type de cloud. Une infrastructure de cloud hybride permet aussi de répondre plus facilement à une période d’activité intense, par exemple lors de soldes pour un site de e-commerce. Une puissance de traitement plus importante située sur un cloud public peut être mise à la disposition des applications gérant le site de e-commerce afin de répondre à ce pic d’activité. Enfin, un autre avantage important d’un cloud hybride est la réalisation d’économies substantielles en déplaçant certaines activités dans un cloud public, qui est moins onéreux en termes de coûts d’entretien.

Quels sont les inconvénients du cloud hybride ?

L’un des inconvénients majeurs du cloud hybride est la complexité de mise en place. En effet, chaque élément du cloud hybride doit être parfaitement connecté à ses homologues, ce qui nécessite une mise en œuvre plus longue que dans le cas du déploiement d’un cloud public ou privé. De cette complexité découle une plus grande difficulté de sécurisation de l’ensemble, surtout si les différentes solutions de cloud proviennent de fournisseurs différents, qui n’auront pas nécessairement mis en place les mêmes solutions de sécurité.

Comment créer un cloud hybride ?

Afin de créer un cloud hybride performant, il est nécessaire d’établir un plan précis dès le départ afin de combiner les différents éléments de la façon la plus harmonieuse possible. Tout d’abord, il convient de bien choisir les prestataires de cloud privé et public en fonction des besoins de l’entreprise. Ensuite, il faut veiller à mettre en place des connexions solides entre les 2 environnements à l’aide des technologies ad-hoc. Il est également très important de mettre en place des stratégies de sécurité robustes, comme le chiffrement des données et l’authentification multi-facteurs, afin de protéger l’ensemble de l’infrastructure. Enfin, il faut se doter d’une bonne stratégie de gestion du cloud, afin de simplifier la gestion des ressources, des données et des applications entre les 2 clouds.

Établir un plan pour la configuration du cloud hybride

Il est crucial d’élaborer un plan solide qu’il faudra suivre dans toutes les étapes de la création du cloud hybride. Dans un premier temps, il faut définir une vision d’ensemble du projet, afin de faire l’état des lieux des infrastructures existantes, déterminer les améliorations à apporter et définir en quoi la mise en place d’un cloud hybride permettra d’atteindre ces objectifs. Il faut ensuite déterminer quelles charges de travail devront être déplacées dans tel ou tel environnement, afin d’optimiser au mieux leur exécution. En effet, une charge de travail qui ne s’exécute pas dans le bon environnement peut ralentir le déploiement de l’ensemble de l’infrastructure de cloud. Après avoir identifié les charges de travail, on peut alors choisir les modèles de déploiement correspondant le mieux aux besoins. Il existe des modèles d’architecture de cloud hybride types qui permettent de déployer facilement un cloud hybride performant. Enfin, il faut choisir les technologies qui seront utilisées dans la mise en place du cloud ainsi qu’une typologie de réseau adaptée.

Les différents scénarios de l’utilisation d’un cloud hybride en entreprise

Une entreprise peut utiliser une architecture de cloud hybride pour diverses raisons. Tout d’abord, elle peut choisir d’exécuter les opérations les moins sensibles dans un cloud public, tout en conservant les applications critiques au sein d’un cloud privé. Ensuite, un cloud hybride peut être utile dans le cas d’un sinistre au sein du cloud. Les données essentielles peuvent être sauvegardées dans un cloud public afin d’être récupérées plus facilement en cas de problème technique grave survenant dans le centre de données de l’entreprise. Enfin, en cas de pic d’activité durant une période particulière, une entreprise peut avoir recours temporairement au cloud public pour faire face à cette montée en charge importante, puis revenir à une architecture hybride lorsque la demande se fait moins intense.

Accompagnement par Orange Business

Une entreprise peut utiliser une architecture de cloud hybride pour diverses raisons. Tout d’abord, elle peut choisir d’exécuter les opérations les moins sensibles dans un cloud public, tout en conservant les applications critiques au sein d’un cloud privé. Ensuite, un cloud hybride peut être utile dans le cas d’un sinistre au sein du cloud. Les données essentielles peuvent être sauvegardées dans un cloud public afin d’être récupérées plus facilement en cas de problème technique grave survenant dans le centre de données de l’entreprise. Enfin, en cas de pic d’activité durant une période particulière, une entreprise peut avoir recours temporairement au cloud public pour faire face à cette montée en charge importante, puis revenir à une architecture hybride lorsque la demande se fait moins intense.

post-image
Infographie – Indicateurs environnementaux des datacenters

Show post
post-image
Livre blanc – Comment réduire la consommation énergétique et l’impact environnemental des datacenters

Show post
post-image
Le PCR « Datacenter et services cloud » de l’ADEME : collaboration et engagement d’Orange Business

L’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) joue un rôle essentiel dans la promotion de pratiques durables et respectueuses de l’environnement. Dans…

Show post